Mot-clé - agriculture

Fil des billets

26/04/2019

L’éco-humanisme pour tous !

schC__ma_01_T1.jpg

Enjeu fondamental pour l'agriculture, semences et graines sont aujourd'hui essentielles pour assurer la sécurité alimentaire des populations humaines comme animales. Clé de voute de la biodiversité, elles sont à la source de la vie. Leur qualité, leur diversité, leur adaptabilité aux différentes contextes pédoclimatiques entraîne la réussite de leur mise en culture.

Selon Miquel A. Altieri (1995), l’agroécologie est une approche écosystémique du développement agricole qui s’inspire des techniques traditionnelles des paysans pour en tirer des connaissances scientifiques modernes.

C’est une démarche de progrès qui se base sur l’association de 5 principes exigeants en termes de : - renouvellement de la biomasse et l’entretien de la fertilité des sols, - minimisation des pertes en énergie solaire, en air et en eau, - diversification génétique dans le temps et l’espace, - valorisation des interactions biologiques, - lutte contre les ennemis des cultures (maladies, ravageurs et adventices)

Qu’est-ce que l’agro-écologie ?:

IMG_E2970.JPG

L’agro-écologie est une façon de concevoir des systèmes de production qui s’appuient sur les fonctionnalités offertes par les écosystèmes.

Elle les amplifie tout en visant à diminuer les pressions sur l’environnement (ex : réduire les émissions de gaz à effet de serre, limiter le recours aux produits phytosanitaires) et à préserver les ressources naturelles.

Il s’agit d’utiliser au maximum la nature comme facteur de production en maintenant ses capacités de renouvellement.

Elle implique le recours à un ensemble de techniques qui considèrent l’exploitation agricole dans son ensemble. C’est grâce à cette approche systémique que les résultats techniques et économiques peuvent être maintenus ou améliorés tout en améliorant les performances environnementales.

L’agro-écologie réintroduit de la diversité dans les systèmes de production agricole et restaure une mosaïque paysagère diversifiée (ex : diversification des cultures et allongement des rotations, implantation d’infrastructures agro-écologiques...) et le rôle de la biodiversité comme facteur de production est renforcé, voire restauré.